Un bon conseil, n’allez pas passer une radio à la Timone un lundi matin, à la première heure.

Le manip me désigne un box d’un air maussade : déshabillez-vous, chaussures, pantalon mais pas la culotte, comme c’était une radio du genou cela ne me serait pas venu à l’idée mais puisqu’il le précise c’est que le cas a dû se produire…

Il me montre la table de radio, j’appuie la jambe contre la table et là sans me dire qu’il commençait:

Mais qu’est ce que vous faites madame, appuyez le dos !

Je marmonne : pas sympa le mec

Il a peut être entendu car il a paru s’amadouer.

Il me prévient que je pourrai venir chercher les résultats dans 10 jours mais de téléphoner avant.

Je passe à l’accueil pour demander le N° de tel, la secrétaire me dit : pas avant 15 jours, 3 semaines, je dis 3 semaines pour une simple radio, elle répond exaspérée, madame c’est un hôpital.

J’avais aussi une IRM

Là, le lundi n’a pas semblé être le plus mauvais jour des médecins, il y a eu deux urgences et j’ai attendu mon tour une heure, le médecin qui s’est occupé de moi s’est excusé pour le retard en me disant,  vous avez dû remarquer que nous avons eu deux urgences, je lui réponds qu’effectivement, je m’en étais aperçue et que c’était normal. Je lui raconte que l’on m’avait fait une description du Professeur N, spécialiste des AVC et  que c’était certainement lui qui avait fait cinq allers-retours en courant devant moi. Il a ri et m’a dit «  oui c’est bien lui »

Il m’a lui-même indiqué le box pour attendre, sans me préciser que je pouvais garder ma culotte et a mis mon sac dans un compartiment sous clef.

 

 

Si les résultats de l'IRM vous intéressent, sachez que ma phase de dégénérescence a commencé avec mon ménisque gauche!